Dossier complet jardin et sangliers

 

Avantages et inconvénients des clôtures électriques anti-sanglier

Sur le papier, les clôtures électriques semblent être le meilleur moyen de protéger une zone contre l’intrusion du gibier, et notamment des sangliers. C’est effectivement une barrière très efficace, dans la mesure où la configuration du jardin rend possible son installation. Mais dans de nombreux cas, c’est une solution incomplète qui pose des problèmes plus ou moins insolubles lors de sa mise en place et qui requiert par la suite une surveillance et un entretien méticuleux. C’est malheureusement un recours très mal adapté lorsqu’il y a déjà un grillage existant à travers lequel les sangliers ont pris l’habitude de s’engouffrer pour accéder au jardin.

 

La clôture électrique anti-sanglier, principe et fonctionnement

Les clôtures électrique anti-sanglier sont les mêmes que l’on utilise pour parquer les animaux domestiques (chevaux, vaches…). Il s’agit de fils ou de rubans électrifiés placés à différentes hauteurs, reliés à une prise de terre, soutenus par des poteaux et alimentés par un générateur de courant. Quand un animal touche un fil, il ferme le circuit et reçoit une décharge électrique puissante, assimilable à un coup de gourdin, qui le dissuade d’aller plus loin. Par le biais de l’apprentissage, le but est d’amener les animaux à associer fil et douleur, et de les dissuader définitivement de s’approcher de la clôture. Selon la configuration, il est possible de poser des clôtures en circuit fermé mais aussi ouverts, c’est-à-dire en ligne droite, en L ou en U. Concernant spécifiquement le sanglier, il convient d’utiliser du matériel adapté et de disposer les fils à des hauteurs précises. En conditions normales, c’est-à-dire sur un terrain plat non arboré, la pose est simple et relativement rapide. C’est par exemple une excellente manière de protéger spécifiquement un potager, un verger, une pelouse ou une zone paysagère dans une propriété ouverte où les visites de sangliers ne posent pas de problèmes par ailleurs et restent acceptables. Cela dit, c’est rarement la situation la plus courante.

 

Le matériel requis pour installer une clôture électrique

- Les rubans ou le fils électriques, séparés en plusieurs voies destinées à conduire le courant sur différentes hauteurs. Ils doivent être bons conducteurs (donc par définition non gainés), solides, et relativement visibles afin que l‘animal après avoir une première fois gouté au « jus », s’en détourne systématiquement à sa simple vue. Les fils galva ou aluminium sont les meilleurs conducteurs et les plus solides. On peut les tendre fortement, ce qui permet d’éviter qu’ils ne se déforment si un animal cherche à forcer le passage. Les rubans, plus souples, sont un peu moins conducteurs et plus difficiles à tendre. Par contre ils sont très visibles et assurent une meilleure dissuasion visuelle.

 

- Les poteaux qui portent les fils doivent être équipés d’isolateurs (intégrés ou achetés séparément) sur lesquels on fixe les lignes, afin qu’il n’y ait pas de perte de courant par contact avec le support. Selon le budget et la nature du sol, ils peuvent être achetés dans le commerce, ou bien élaborés à partir de poteaux en bois, ou de fers à béton de 12 mm de diamètre. Cette dernière solution a l’avantage d’être bon marché, solide et facile à enfoncer dans la terre. Leur espacement peut être large, de 5 à 10m.

 

- Le générateur, comme son nom l’indique, génère l’électricité en transformant une impulsion de faible voltage (9 V, 12V) ou 220V en courant de haut voltage à faible intensité. Il peut être alimenté par le secteur 220 V ou une batterie. Cette première option est la plus recommandée car elle offre une puissance supérieure qui résiste assez bien aux pertes. La batterie, alimentée si besoin par un panneau solaire permet d’installer un circuit autonome, éloigné de toute source électrique, comme c’est souvent le cas. Le générateur impulse une décharge électrique de haute tension toutes les secondes, généralement comprise entre 4000 et 10000 V et 5 à 15 joules. Plus l’énergie est grande (joules) plus le choc est puissant. L’alimentation par saccades électriques évite qu’en cas de contact avec les fils, celui qui le touche, animal ou humain, ne reste collé et ne grille sur place dans d'atroces souffrances.

- La terre, soit un piquet en métal planté dans le sol, a pour rôle de fermer le circuit en reliant celui-ci à l’humidité du sol. Le manque d’humidité résiduelle autour de la prise de terre est un facteur récurrent qui explique aussi les pertes de puissance des circuits. Il ne faut pas hésiter à l’arroser en cas de période de sécheresse. Le rajout d’un fil de terre sur le circuit permet de limiter cet effet.

Description de l'installation d'une clôture électrique

Selon les animaux que l’on cherche à parquer ou au contraire à éloigner, l’espacement entre les fils diffère. Dans le cas du sanglier, l’installation doit tenir compte que c’est avec le groin, qu’il relève du bas vers le haut, que le sanglier avance, jauge et tâtonne. Le premier fils doit donc se situer assez près du sol. On a coutume de disposer trois fils ou rubans à 20, 40 et 60 cm de hauteur. L’utilisation de trois lignes de fils implique évidemment que la longueur totale à acheter corresponde à trois fois le périmètre du terrain à protéger. De manière à maintenir une puissance équivalente sur toute la longueur du circuit, il est important de relier les trois fils tous les 200 m grâce à des connecteurs spéciaux. Les trois lignes sont ensuite reliées ensemble à une seule connexion au niveau du générateur. De celui-ci part la prise de terre dans le sol. On comprend qu’il est donc possible de mettre en place des clôtures ouvertes (en ligne droite…). On peut, pour limiter les pertes en cas de sécheresse au niveau de la terre, ajouter au schéma un quatrième fil, relié à celle-ci au niveau du générateur, situé à 10 cm du sol.

 

Les avantages de la cloture électrique

Lorsque le terrain et l'environnement s'y prêtent, l'installation d'une clôture électrique est relativement simple. Bien-sûr, il faut s'ouvrir à quelques notions d'électricité, mais elles sont basiques. D'autant plus qu'il n'y a qu'à suivre les instructions de montage fournies par le vendeur. Au pire, Internet regorge d'infos à ce sujet. Bien montée, bien installée, bien alimentée, une clôture électrique est très efficace. Elle ne ferme pas le paysage et on peut facilement réserver des passages d'entrée et de sortie, grâce à des systèmes de poignées isolées, beaucoup plus simplement qu'avec un grillage. Si les systèmes à rubans sont les moins discrets, il semble que justement, leur visibilité leur confère de grandes qualités de dissuasion. En résumé, lorsqu'une clôture électrique est correctement mise en place, les sangliers ne passent plus.

 

Les inconvénients de la clôture électrique

La clôture électrique est une manière relativement simple de protéger une zone située sur un terrain plat, dégagé de toute végétation ligneuse (arbres, arbustes, et broussailles), exempte d’obstacles (pierres, talus…) et dans un sol meuble. C’est une barrière anti-sanglier efficace tant qu’elle garde sa puissance originelle. Elle a néanmoins beaucoup d’inconvénients qui n’en font pas une panacée dans bien des cas :

  • L’entretien
    Afin qu’il n’y ait pas de pertes de puissance, aucune végétation, y compris les herbes, ne doit pouvoir toucher les fils. Or dans le cas du sanglier, la mise en place d’un fil à 20 cm du sol rend l’entretien compliqué. La chose la plus simple à faire consiste avant toute chose, à installer sur le sol à l’aplomb de la future clôture, un feutre géotextile ou une toile hors-sol de 50 à 100 cm de large. Cette solution ne brille par son esthétisme, mais permet de maintenir un sol propre sans nécessiter un entretien très régulier. En cas de proximité avec des plantes ligneuses, il est indispensable de couper et dégager toutes les branches qui risqueraient de toucher la clôture. Attention de prévoir large afin d’anticiper les effets agitateurs du vent.
  •  

  • La pose en terrain difficile
    dans les sols caillouteux il est malaisé d’enfoncer les poteaux. Sur les terrains mal aplanis, il faut prendre soin de bien garder les 20 cm de hauteur du premier fil par rapport au niveau du sol, ce qui peut nécessiter la multiplication des poteaux. Le franchissement des restanques, pierriers et autres talus fortement pentus peut se révéler compliqué à équiper convenablement.
  •  

  • Les situations de stress extrêmes
    Une clôture électrique n’empêchera jamais un sanglier traqué par des chiens lors d’une battue de forcer l'obstacle et d’y ouvrir une brèche. En effet une bête lancée à pleine vitesse n’aura aucun mal à déformer ou casser les fils, et n’aura pas le temps de ressentir la décharge. La porte est alors ouverte pour les suivants…
  •  

    Clôture électrique et grillage existant, une association difficile

    Lorsqu’un grillage est déjà existant, l’installation d’une clôture électrique pose un certain nombre de problèmes. Bien-sûr, dans les meilleurs cas, s’il est isolé de toute végétation ligneuse, il peut servir de support aux fils électrifiés si l’on utilise des isolateurs à fixation adaptée. Cependant le contrôle de l’herbe au pied du grillage s’avère compliqué d’autant que l’utilisation de désherbant chimique n’est plus envisageable (et c’est tant mieux). Plus embêtant, la plupart du temps, les grillages sont associés à des haies brise-vues dont le frottement inévitable (l’entretien par la taille est impossible du fait de l’enchevêtrement grillage-fils-branches), engendre de telles pertes de courant que la clôture en devient totalement inopérante. Une solution pourrait consister à décaler la clôture par rapport au grillage et à la haie. Si vous le faites en dehors de votre propriété il faut avoir l’accord du ou des voisins, ce qui est peu probable. Si vous la placez à l’intérieur du jardin, vous vous retrouverez avec un délicat problème. Les sangliers vont continuer à rentrer comme à leur habitude, mais une fois qu’ils se seront pris une décharge sur les fils dans l’enceinte du jardin, ils risquent de s’énerver, de paniquer et de ne pas trouver la sortie. Les dégâts sur le grillage pourraient être particulièrement sévères. Sans compter que dans la panique il n’est pas exclu que plusieurs bêtes arrivent à forcer la clôture et pénétrer dans le jardin. Leur recherche désespérée d’une sortie risque de provoquer de sacrés dommages. Enfin la présence de cette clôture intérieure fait perdre une surface non négligeable de jardin (puisqu’elle doit être éloignée des branches de la haie) ce qui est inenvisageable lorsque les terrains sont petits. Elle représente de surcroit un danger pour les enfants.

     

    Pour protéger votre jardin, découvrez notre système anti-sanglier. Il est facile à mettre en oeuvre sur votre grillage et très efficace. Vous pouvez le poser vous-même ou le faire installer par un professionnel. Plus d'infos sur ce dispositif en cliquant sur le lien ci-dessous :

    Le renfort anti-sanglier Bio Jardin Services

     

    Les autres pages du dossier spécial sangliers :

     

cloture electrique anti sanglier

Cloture électrique installée pour protéger un verger. On distingue au sol la toile hors-sol destinée à empêcher la présence des herbes. Poteaux en fer à béton.

 

generateur de cloture electrique anti-sanglier

Générateur de clôture électrique sur batterie rechargée par un panneau solaire. On voit bien comment les rubans agissent en dissuasion visuelle.

cloture electrique envahie par l'herbe

Clôture électrique pour des ânes. La présence de l'herbe la rend inopérante.