Un potager perpétuel grâce aux légumes vivaces

Imaginez un coin de votre potager entièrement constitué de légumes vivaces qui repartent chaque année d’eux-mêmes. Que de temps gagné et de labeur évité ! Tentez l’expérience de ces cultures « à demeure ».

 

« La nature est malheureusement un éternel recommencement ». Ainsi se lamente le jardinier pressé, le débordé, le surbooké, qui, autres activités obligent, n’a que peu de temps à consacrer à son lopin de terre nourricière. Quand ses petits camarades s’émerveillent et se réjouissent de reprendre chaque année du service pour aller préparer le sol, semer, planter, éclaircir, désherber, traiter, lui se désespère de tout ce temps perdu. Et il rêve d’un potager où les légumes sont plantés une bonne fois pour toute et restent en place, vaillants et productifs, pendant de longues années. Il en a rêvé et, figurez-vous que les légumes perpétuels l’ont fait.

 

Des légumes perpétuels, mais surtout vivaces

La notion de légumes perpétuels s’est forgée par opposition aux légumes classiques qui sont pour la plupart annuels ou bisannuels. C’est-à-dire ceux qu’il faut ressemer ou replanter chaque année pour pouvoir les récolter. Au sens propre, le légume perpétuel est une plante vivace, qui est capable de rester en terre durant l’hiver, et de repartir au printemps suivant, pour une nouvelle année de production, pendant environ cinq à six ans de suite. On inclut parfois dans cette appellation les légumes à rhizomes, bulbes, tubercules ou cormes comestibles. IL s'agit par exemple de la pomme de terre, du topinambour ou des crosnes, mais la dénomination est un peu abusive, car pour qu’ils repoussent chaque année, il est nécessaire de laisser dans le sol une partie de ces racines et donc de ne pas effectuer une récolte complète. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

 

Les légumes perpétuels sont souvent des légumes anciens

Hormis quelques célèbres représentants historiques tels que l’artichaut, l’asperge, la rhubarbe ou l’oseille, les légumes vivaces sont généralement des variétés anciennes oubliées, cousines de celles que l’on connait, que l’on redécouvre aujourd’hui. On en récolte les feuilles ou les fruits au fur et à mesure de leur apparition, sans jamais les déraciner ou les tuer. Ainsi, le chou de Daubenton ne forme pas de pomme, mais des feuilles à cueillir le long de sa tige. L’oignon et l’ail rocambole produisent de curieux petits bulbes aériens dont la récolte ne nécessite pas l’arrachage du pied. Quant aux feuilles du poireau perpétuel ou de la livèche (ancêtre du céleri), elles se cueillent à mesure de leur apparition.

Article en relation: La rhubarbe, un légume perpétuel à récolter au bon moment

Les avantages des légumes perpétuels

Outre le temps qu’ils font gagner à ne pas les semer ou les replanter chaque année, leur faculté à rester en place induit quelques précieux avantages qui savent généralement charmer les oreilles des jardiniers les plus durs de la feuille. Leur installation pérenne a pour conséquence le développement d’un solide système racinaire très développé. Ce sont donc souvent des plantes plus résistantes, moins sensibles à la sécheresse, aux ravageurs et aux maladies. Leur immobilité permet, par le recours au paillage épais et permanent, la limitation drastique des mauvaises herbes ainsi que l’aération et l’ameublissement naturel. Autrement dit, au diable binage et bêchage ! Enfin, ce sont généralement des plantes très faciles à multiplier, par division ou par bouturage, ce qui permet, si l’on se prend au jeu, d’étendre ses cultures de manière très économique.

Article en relation: Les catalogues de grainetier, pour trouver facilement des légumes perpétuels

Retour aux articles de jardinage

 

 

 

 

 

 

Couverture du livre mon potager de vivaces

Un guide clair et complet pour se lancer dans le potager perpétuel. Avec plus de soixante espèces de légumes dits « perpétuels » répertoriées, vivaces mais aussi à racines comestibles, découvrez une autre approche du potager, plus pérenne et moins exigeante. Pour chaque légume est indiqué la manière de le cultiver et de le récolter, ainsi que les différentes utilisations en cuisine possibles. Alliez le beau et le bon avec des variétés de glycine et de capucine à racines comestibles ou partez en voyage avec l’occa du Pérou, la ciboule de Chine ou la mauve de Mauritanie.

"Mon potager de vivaces - A. Lazarin - Ed. Terre vivante

www.terrevivante.org