Quand et comment tailler le kiwi ?

La taille principale du kiwi se fait en hiver. C'est une opération nécessaire, à la fois pour contraindre cette vigoureuse liane à ne pas s’étaler excessivement, mais aussi pour en favoriser la fructification. Exactement comme pour la vigne. Quoique...

 

Top ! Très souvent mené en treille, je suis une liane sarmenteuse de grande vigueur nécessitant une taille hivernale importante de manière à limiter mon expansion exubérante. Cette opération, permet en outre de maintenir une fructification optimale, garante de récoltes abondantes et régulières. Mes fruits apparaissent sur les nouveaux rameaux de l’année. Je suis… je suis… La vigne ! Ah oui ! Je dis oui… mais non. La réponse est bonne, mais ce n’est pas celle que l’on attendait. Je suis le kiwi, bien-sûr, dont la culture est proche de celle de la vigne, mais dont la taille n’est pas tout à fait identique.

 

Le kiwi, une liane super conquérante

Le kiwi est le fruit porté par l'actinidier (Actinidia chinensis), une liane sarmenteuse originaire de Chine dont la croissance est extrêmement vigoureuse. Capable de pousser de deux à trois mètres par an, il nécessite, comme la vigne ou la glycine, une taille annuelle durant le repos végétatif d’hiver, puis une autre durant l’été, afin de maitriser son expansion galopante. Les actinidiers sont des plantes dioïques, ce qui veut dire qu’il existe des pieds mâles et des pieds femelles, et que les fleurs des premiers doivent féconder celles des seconds. On compte généralement un individu mâle pour cinq femelles, que l’on espace de cinq mètres environ les uns des autres, afin que chacun dispose de la place nécessaire à son épanouissement. C’est dire si la liane est vigoureuse. Il existe également des pieds autofertiles, qui se fécondent tout seuls. On dénombre également quelques espèces distinctes, comme le kiwaï ou kiwi de Sibérie (Actinidia arguta) aux petits fruits glabres, ou le kiwi panaché (Actinidia kolomicta) aux feuillage marginé de blanc ou de rose. De quelque actinidier que l’on parle, la taille reste la même.

 

Kiwi et vigne, forme identique, taille différente

Lorsqu’ils sont menés sur une treille ou une pergola, le kiwi et la vigne se structurent de la même manière. Du tronc partent des grosses branches charpentières portant des rameaux secondaires tous les 30 à 40 cm, d’où émergent les sarments à fruits. Le but de la taille est d’entretenir l’espacement entre les branches secondaires et de garder les sarments fructifères productifs. La comparaison s’arrête là. Avant de vous attaquer à la taille, prenez le temps de regarder la plante dans son ensemble et de repérer des sarments qui pourraient venir occuper des espaces vides. Guidez-les vers leur nouvel emplacement en les attachant sur le support (treille, pergola...).

 

La taille structurelle du kiwi

Cette taille consiste à maitriser la forme de la plante et à favoriser sa bonne santé. Elle commence par l’élimination systématique des branches mortes ou malades ainsi que par celle des gourmands qui émergent du tronc et des branches charpentières, car ils risquent d’encombrer inutilement le cœur de l’actinidier. Il faut les couper à leur base, au ras de l'écorce, sans laisser de chicot (moignon coupé). Une bonne circulation d’air et de lumière est en effet capitale pour limiter les risques de maladie et favoriser le murissement.

 

La taille de fructification

En premier lieu il est important de comprendre que le kiwi fleurit sur le bois de l'année, c'est-à-dire sur les nouveaux sarments apparus au printemps. Les fruits apparaissent au niveau des quatre à cinq premières feuilles des nouveaux sarments, très près de la branche charpentière. La taille consiste à réduire les longues lianes de l’année précédente selon qu’elles ont porté des fruits ou non.

- On distingue généralement les sarments ayant porté des kiwis, par le pédoncule qui y reste accroché. Attention, ces rameaux ne fructifieront plus en-dessous du pédoncule. Il faut donc ne pas les tailler trop court. Raccourcissez-les à deux ou trois yeux (bourgeons) au-dessus du dernier pédoncule. Si le sarment ne se prolonge pas au-delà du dernier fruit, notamment lorsqu'il y a eu une taille en vert durant l'été, laissez-le tel quel. Au bout de trois à quatre ans, ces rameaux deviennent trop vieux pour fructifier. On les coupe alors à deux yeux de leur base afin qu’il génère d’autres nouveaux sarments à fruits par la suite.

- Les sarments n’ayant pas porté de fruits sont rabattus de cette dernière manière, à savoir à deux yeux au-dessus de leur départ, en recommençant chaque année, jusqu’à ce qu’elles deviennent fructifères.

 

La taille en vert

Plus tard dans la saison (juillet), lorsque les fruits apparus ne sont pas plus gros qu'une olive, taillez les sarments à une vingtaine de centimètres après les kiwis. Cette opération va permettre de limiter le développement du sarment et de favoriser la concentration de la sève dans les fruits. Ainsi ils deviendront plus gros et plus sucrés.

 

Pour aller plus loin: comment différencier un kiwi mâle d'un kiwi femelle ?

Comment différencier un kiwi mâle d'un kiwi femelle ?

 

Retour aux articles de jardinage

Faites entretenir votre jardin par Bio Jardin Services : Nos prestations

 

La taille du kiwi

 

Fructification du kiwi

Le but de la taille : créer des bouquets de fruits à chaque départ de sarment, le long des branches charpentières. (Image: paridaun-Pixabay)

 

 

Kiwaï ou kiwi de Sibérie

Kiwi de Sibérie (kiwaï) comme sur la photo, ou kiwi panaché, même taille, même combat. (Image: zoosnow-Pixabay) )

 

 

Boutons floraux de kiwi

On voit bien sur cette photo que les fleurs (et donc les fruits) apparaissent sur le bois de l'année. (Image: sillydog-Foter - CC BY-NC-SA)

 

 

Kiwi et pédoncule

Notez bien l'aspect des pédoncules qui restent après la chute du fruit. C'est un repère important lors de la taille. (Image: kristyharding-Foter - CC BY-SA)