Les avantages de la culture des pommes de terre sous paillis

En cultivant les pommes de terre sous paillis, vous ne révolutionnerez pas vos rendements. Par contre, vous ferez table rase de bien des corvées. Une perspective qui redonne la patate.

 

Les nouvelles techniques de culture biologique font depuis quelques années souffler un vent nouveau sur le jardinage traditionnel. Dans le cas de la pomme de terre, c’est même une tempête révolutionnaire qui balaye les habitudes et emporte sur son passage les pénibles opérations de bêchage, de buttage, de désherbage et de récolte. Que reste-t-il au jardinier rebelle ? Un dos préservé, du temps gagné et une occupation du sol plus dense qui induit une production. Napoléon Ier disait que dans les révolutions il y aurait deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux en profitent. Sauf votre respect, Majesté Impériale, il s’agit en l'occurence, parfois des mêmes.

 

Pommes de terres sous paillis, une préparation du terrain simplifiée

La culture des pommes de terre sous paillis s’étalant en surface, le traditionnel travail préalable du sol en profondeur n’est pas nécessaire. Aussi, à moins que vous ne comptiez exploiter une parcelle totalement en friche, le recours à la bèche ou au motoculteur est inutile. Un travail de décompactage et d’aération à la grelinette, suivi d’un griffage de surface à la binette sont largement suffisants. Entre ces deux étapes, épandez au sol du compost (30 litres / m2 soit 3 cm d’épaisseur) ou du fumier (15 litres / m2 soit 1,5 cm) afin d’apporter suffisamment d’éléments nutritifs à ce gourmand tubercule. Le binage vous permettra ensuite d’enfouir l’amendement tout en émiettant le sol.

 

Pommes de terre sous paillis, une culture densifiée

Utilisez des plants du commerce certifiés, ou alors vos propres plants, à condition qu’ils présentent des germes courts, fermes et colorés, gage de vigueur et de bonne reprise. Mettez-les en terre en les espaçant de 40 cm en tous sens, enfoncés à environ 5 cm de profondeur, ceci afin de les soustraire à l’appétit des rongeurs. Puisqu’il n’y aura pas de buttage ultérieur, l’espacement entre les rangs, (au moins 60 cm habituellement) peut être réduit, ce qui permet une culture plus dense. Arrosez après mise en place.

 

Pailler les pommes de terre, que de bienfaits !

Déposez sur le sol un paillis épais d’environ 10 à 15 cm, composé de tous les déchets organiques que vous pouvez trouver dans votre jardin : feuilles mortes, premières tonte (en couches de 2 à 3 cm maximum), épines de pin, herbes sèches… En cas de manque de matière première, ce qui est fort probable étant donné la quantité nécessaire, vous pouvez acheter de la paille dans le commerce ou vous faire livrer du broyat en vrac par un élagueur. Arrosez ce couvert afin de l’alourdir et éviter qu’il ne s’envole en cas de fort coup de vent. Les tiges de pommes de terre perceront sans peine ce couvert en deux à trois semaines. Laissez ces tiges dépasser de 15 cm, puis refaites un apport de paillis, d’une dizaine de centimètre d’épaisseur environ. En effet, il est important de garder un paillage épais en permanence afin d’empêcher la lumière d’atteindre les tubercules en formation, ce qui les ferait verdir et les rendrait impropre à la consommation. Dites-vous bien que l’effort à fournir pour apporter cette couche supplémentaire sera récompensé par l’étouffement des mauvaises herbes, ainsi que la préservation de l’humidité et de la fraicheur du sol.

 

Pommes de terre sous paillis, une récolte facilitée

Reportez-vous aux indications de maturité de vos variétés de pomme de terre pour effectuer la récolte, soit entre 70 et 150 jours. Pour les variétés de garde, vous pouvez attendre le jaunissement du feuillage, c'est aussi simple. La récolte pourra se faire à la main, en dégageant doucement le paillage et en grattant délicatement la surface du sol resté friable et frais, avec une petite griffe. L’inutilité de la fourche pour la récolte limite les blessures infligées aux tubercules… et au dos. Si les variétés de conservations seront récoltées en une fois, les autres pourront être prélevées au fur et à mesure des besoins. En laissant en place les minuscules pommes de terre juvéniles, vous aurez même la surprise d’une petite récolte d’automne.

 

Pommes de terre sous paillis, le point de vue provençal

En Provence, il n'y a que des avantages à cultiver sous paillis : économies d'eau et meilleure résistance à la sécheresse. La baisse des besoins en arrosage réduit les risques d'attaque par le mildiou. Les récoltes peu fatigantes sans la fourche, réduisent les efforts à fournir sous le soleil de plomb de l'été... et c'est bien agréable ! Autre avantage, la protection du sol face aux intempéries (pluie, vent...), qui provoquent les phénomènes de battance sur nos terres très argileuses en durcissant la croûte de surface. A l'inverse, sous le paillis, la terre reste souple et fraiche. Ceci n'est pas négligeable quand on cherche à récolter des tubercule souterrains...

Retour aux articles de jardin